SACoche : Évaluer par compétences et valider le socle commun

Menu de gauche

Livret Scolaire : Export LSU

SACoche est validée par le ministère pour l'export LSU, 1er et 2nd degré.

Introduction

SACoche permet de gérer le contenu du Livret Scolaire, pour toutes les classes et tous les cycles.
Une fois le livret complété, on peut en exporter le contenu vers l'application nationale :

  • avec un compte administrateur menu Gestion des bilans officielsLivret Scolaire
  • avec un compte directeur menu Bilans officielsLivret Scolaire

Export depuis SACoche

Introduction

Les spécifications pour les bilans périodiques du collège ont été publiées en avril 2016 ; elles ont été modifiées tous les mois jusqu'en septembre 2016.
Les spécifications pour les bilans périodiques du premier degré ont été publiées fin octobre 2016 et ont été plusieurs fois modifiées jusqu'en janvier 2017.
Les spécifications pour les bilans de fin de cycle ont été publiées en octobre 2016.
Au premier degré, l'export n'a été possible que depuis le remplacement de l'application ministérielle BE1D par ONDE en février 2017.

Préalable pour le premier degré

Certaines informations issues de ONDE (ex-BE1D) doivent être transmises.
Les établissements à l'étranger (réseau AEFE) ne peuvent donc pas effectuer d'export à ce jour.
Pour les établissements sous ONDE, il faut donc avoir utilisé les données de ONDE pour peupler l'application : élèves et classes (DOC), parents si souhaité (DOC).

Les spécifications concernant les sous-domaines en langue vivante ont été modifiées à plusieurs reprises jusqu'en janvier.
En février, la liste des éléments de programme travaillés collectés est devenue paramétrable.
En mars, il a été nécessaire d'intégrer les identifiants issus de ONDE (ex-BE1D).
Pour ces différentes raisons, il est conseillé de vérifier que des bilans du Livret Scolaire complétés antérieurement demeurent conformes aux attentes.

Préalable pour le collège

Certaines informations issues de Siècle doivent être transmises.
Les établissements à l'étranger (réseau AEFE) ne peuvent donc pas effectuer d'export à ce jour.
Pour les établissements sous Siècle, il faut donc avoir utilisé les données de Siècle pour peupler l'application : élèves et classes (DOC), enseignants (DOC), parents si souhaité (DOC).
Un fichier de nomenclatures est aussi à renseigner (DOC).

Étape 1/2 : Récolter les données dans SACoche

Le bilan doit être entièrement renseigné et passé à l'étape Complet Complet.
L'impression PDF a normalement été effectuée et vérifiée.
On peut alors, pour chaque classe, de cliquer sur le bouton Récolter les données de l'interface proposée.
Ceci récupère, pour chaque élève de la classe, les informations utiles à la génération du fichier d'export (qui pourra être individuel ou collectif).

Si des informations sont manquantes, incomplètes, ou incohérentes, elles sont ignorées ou arrangées (selon ce qui est possible) afin de ne pas provoquer de rejet lors de l'import LSU.
SACoche affiche un compte-rendu détaillé des opérations vous en informant.

Pour les bilans de fin de cycle, il est obligatoire de renseigner tous les positionnements (degrés de maîtrise du socle).

Si on fait l'impasse sur l'étape d'édition, on obtient le message d'alerte « Aucune saisie d'acquis(…) : données non exportables. » pour tous les élèves.
Il n'est a priori pas normal de vouloir exporter les données du Livret Scolaire sans même l'avoir édité, car cela signifie que l'on a fait l'impasse sur AP / EPI / Parcours / etc.
De plus, générer l'impression pdf du Livret Scolaire est utile car cela archive l'exemplaire pdf dans SACoche, ce qui le rend consultable y compris les années suivantes.
Bref : avant d'exporter vers LSU, il faut donc que SACoche ait tenté au moins une fois de récolter les données pour remplir le Livret Scolaire.
Pour cela, au minimum, dans l'interface d'édition (DOC), cliquer sur modifier ou tamponner ou voir ou imprimer (même sans lancer l'impression).

En collège, pour un positionnement par moyenne ou pourcentage, un élève peut être "non noté".
En revanche, pour un positionnement sur une échelle à 4 niveaux ou 4 objectifs d'apprentissage, cette situation n'a pas été anticipée par LSU à ce jour.
L'indication d'un positionnement est donc actuellement obligatoire dans ce cas de figure.

Étape 2/2 : Générer un fichier d'export pour LSU

Cette étape peut être effectuée à chaque période (recommandé, pour éviter la découverte d'un problème en fin d'année), ou en fin d'année.
On peut sélectionner un ensemble d'élèves (d'un niveau, tout l'établissement, etc.) ou un élève particulier (par exemple qui quitte l'établissement).
SACoche compile alors les données récoltées à l'étape précédente pour chaque élève concerné et chaque période concernée en un unique fichier au format attendu par LSU.

SACoche ne conserve pas ces données d'export d'une année scolaire à une autre.
L'export doit donc être effectué avant la fin de l'année scolaire, ou avant la sortie d'un élève de l'établissement.


Import dans LSU

Préalable dans LSU

L'académie doit avoir installé au minimum la version 17.1 de LSU, déployée à compter du 20 février 2017.

Pour les bilans périodiques, un personnel de direction doit paramétrer LSU depuis son menu Paramétrage :

  • comme Source des données cocher Import(s) Editeur(s)
  • comme Type de positionnement cocher le même choix que dans SACoche (cocher "Avec Notes" en cas de note sur 20 ou de pourcentage)
  • comme Affichage du niveau de maîtrise des domaines du socle ne rien cocher
Paramétrage par classe
Import du fichier

Un personnel de direction importe le fichier issu de SACoche.
L'application LSU affiche un compte-rendu des opérations tel celui-ci :

Compte-rendu de l'import

Au collège, l'usage de matières hors Siècle, dans cet exemple, génère des alertes, mais non bloquantes, l'import s'est correctement effectué.

Positionnements des degrés de maîtrise du socle commun sur les bilans périodiques

En septembre 2016, les spécifications ont ajouté la possibilité d'indiquer sur les bilans périodiques des positionnements indicatifs sur les degrés de maîtrise du socle commun.
SACoche ne transfère pas cette information, facultative, pour les raisons suivantes :

  • elle n'est pas prévue par le décret définissant le Livret Scolaire
  • le bilan périodique est déjà très chargé en informations et dispositifs
  • cela porte à confusion avec le positionnement définitif en fin de cycle qui est le seul à être pris en compte
  • la maîtrise du socle s'apprécie sur tout le cycle et non une période
  • les familles ont déjà accès au quotidien grace à SACoche à ce pré-positionnement indicatif (DOC)
  • même si un report depuis SACoche pourrait être automatisé, sa vérification alourdirait encore le travail des enseignants

Utilisation de logiciels différents

Des établissements nous ont interpellé pour savoir si des imports vers LSU peuvent être effectués en provenance d'applications différentes (selon les niveaux de classes, selon les bilans périodiques ou de fin de cycle).

L'équipe en charge du LSU nous a indiqué que oui, à compter de la version 16.4 de LSU pour les bilans périodiques, et 17.1 de LSU pour les bilans de fin de cycle.
Il est possible d'effectuer des remontées de logiciels différents selon les périodes, les types de bilans (périodiques, fin de cycle…), les classes, et même les élèves (même si ceci n'aurait pas beaucoup de sens).
La finesse de l'export étant celle d'un bilan d'un élève sur une période, on peut donc même envisager une saisie manuelle pour un élève au 1er trimestre, un import depuis un logiciel pour le 2ème trimestre, un import depuis un autre logiciel pour le 3ème trimestre.
Contactée, l'équipe LSU nous a clairement confirmé par écrit qu'en mode "import éditeur", il n'y a pas précision de l'éditeur émetteur, celui ci peut donc varier d'une période à une autre.

En revanche, pour un bilan donné d'un élève donné sur une période donnée, il est impossible de mixer plusieurs imports depuis plusieurs logiciels, ni même depuis le même logiciel : chaque nouvel import remplace le bilan précédent dans sa totalité.
Ainsi, par exemple, sur une classe, si des enseignants de mathématiques travaillent avec SACoche et que des enseignants de français travaillent avec un autre logiciel privé, il faut choisir une application qui synthétise les saisies et fasse la remontée LSU (tout comme, on général, on choisissait "avant" une application pour éditer les bulletins).
C'est souvent dans SACoche qu'il y a des données riches et adaptées à l'esprit de la réforme de l'évaluation et du suivi des élèves par compétences…

Enfin, il n'y a aucune saisie possible dans LSU en mode "import éditeur".
Un import est donc supposé complet, il n'est pas éditable par la suite dans LSU.
Ainsi il n'est pas envisageable de n'importer qu'une partie des informations du bilan d'un élève et d'espérer pouvoir ensuite compléter les saisies (pour d'autres matières...) dans LSU.

On nous a fait remonter des incitations à utiliser la seule application d'un éditeur bien connu pour tout l'établissement, en évoquant qu'il ne serait pas possible d'exporter dans LSU des données issues de différents logiciels.
Or l'équipe en charge du LSU avait clairement expliqué le contraire lors d'une réunion avec les éditeurs en date du 10 octobre 2016.
La Foire aux questions du LSU publiée sur Éduscol le 21 décembre 2016 l'a ensuite confirmé.
Nous déplorons donc cette démarche trompeuse.


Désinformation : mise au point

Au cours des premiers mois de l'année scolaire 2016-2017, des propos fallacieux nous ont été directement remontés par des collègues :

  • tel responsable de la DSI d'une académie affirmant qu'il n'y aura pas de bascule possible entre SACoche et le LSU
  • telle inspectrice d'une académie affirmant que SACoche ne sera pas compatible avec LSU
  • tel inspecteur d'une autre académie qui met en doute la compatibilité SACoche - LSU (tout en avouant ne pas connaitre SACoche !)
  • tels formateurs qui disent aux stagiaires de ne surtout pas utiliser SACoche qui ne sera pas compatible avec le nouveau livret
  • tel conseiller d'une société bien connue affirmant être certain que SACoche ne sera pas en mesure d'exporter vers LSU, ajoutant que eux seuls étaient capables de mettre suffisamment d'ingénieurs sur ce projet
  • etc.

A ceci s'ajoutent des fiches techniques DGESCO, datant de septembre 2016, dont le contenu a inquiété des établissements :
« Le ministère travaille actuellement avec les éditeurs, prioritairement les plus représentatifs, pour s’assurer de leur parfaite conformité au contrat d'interface avec le Livret scolaire »
« Un contrat d'interface permet aux éditeurs de se mettre aux normes de l'application nationale afin d’obtenir une habilitation »
« Cette habilitation certifie la conformité des transferts vers l’application nationale des données constitutives du livret scolaire saisies dans l'un de ces logiciels privés »
« Vous devez vous assurer que votre logiciel privé de suivi des acquis scolaires a reçu l'habilitation du MENESER et que le logiciel est en parfaite conformité au contrat d'interface »
« Il convient de mettre en garde des conséquences de l'utilisation de logiciels non habilités »
« La direction du numérique pour l'éducation (DNE) vous tiendra informé des logiciels de suivi des acquis scolaires pour lesquels la parfaite interopérabilité sera garantie »

Or l'équipe en charge du suivi du LSU qui nous a indiqué lors d'une réunion le 10 octobre 2016 une version un peu différente.
En réalité, il n'y a pas de procédure d'accréditation / d'habilitation dans la mesure où aucun éditeur ne verra son fichier d'import interdit.
Mais une procédure de test d'import, ouverte aux éditeurs jusqu'en avril 2017, afin de vérifier que leur fichier d'export est conforme aux attentes et de leur donner des indications le cas échéant.
Enfin, les éditeurs qui ont fourni des fichiers validés sont listés afin de guider et rassurer les établissements.

Concernant SACoche, nous avons transmis fin novembre 2016 un fichier complet de bilans périodiques du 2nd degré (avec éléments de programme travaillés, appréciations, positionnements, AP, EPI, parcours, modalités d'accompagnement, données de vie scolaire, coordonnées des responsables légaux...) à l'équipe en charge du LSU, et il a passé l'import avec succès.
Début février 2017, nous avons fait parvenir à l'équipe en charge du LSU un bilan de fin de cycle du 2nd degré qui a été importé sans difficulté.
Enfin, début mars 2017, nous avons effectué des tests d'import concluants pour des bilans périodiques et de fin de cycle du 1er degré.
Nous nous félicitons d'ailleurs de la très bonne réactivité de la sympathique équipe de développement et de suivi du LSU, dont le travail et la collaboration nous sont précieux.

SACoche fait partie de la liste des solutions validées par le ministère pour l'export LSU.
Plus précisément, SACoche a été la deuxième à être validée pour le 2nd degré, la troisième pour le 1er degré, et la première pour les deux à la fois.
Et donc oui, contrairement aux propos entendus, SACoche peut exporter vers LSU (tout comme d'ailleurs SACoche a fait partie de la première liste d'applications accréditées par le ministère à exporter vers LPC).

Malentendu, maladresse, ignorance, intimidation, malveillance, mensonge... nous laissons chacun se faire son opinion sur la réelle nature des propos tenus et les intentions de leurs auteurs.
Il est en tout cas très regrettable de voir ainsi jeter le discrédit sur un outil libre et gratuit, conçu par et pour des enseignants, et reconnu performant pour l'évaluation par compétences (mais peut-être est-ce cela qui dérange ?).


Documentations associées